La Gazette mensuelle n°8

du M.I.B
© Isa & Bé

 

A la une ce mois-ci : Mai

EDITO :

Il n’y a pas de mais ! Ce mois-ci, nous ferons ce qu’il nous plaît !!
Je m’y mets, tu t’y mets, elle s’y met …nous en sommes en mai…
Et que veut faire une brodeuse en mai ??? B-R-O-D-E-R, bien sûr.
Mois chéri entre tous puisqu’il nous offre trois occasions supplémentaires pour poser nos petits points : 1°, 8 et 13 mai sont fériés. Alors profitez en pour avancer toutes vos broderies.
A présent, à vos aiguilles et découvrez la grille de notre huitième case !

Et bonnes petites croix à tous et toutes,
Amitiés croisées,
de :  Isa et Bé. , « la passion de l’imaginaire ».

Le mois de Mai / dans le calendrier républicain : Prairial

Mai était le troisième mois du calendrier de Romulus. Suivant plusieurs étymologistes, on le nomma maïus, en l'honneur des sénateurs qu'on appelait majores. D'autres, au contraire, prétendent que mai vient du nom de la déesse Maïa, fille d'Atlas, et mère de Mercure. Ce mois était placé sous la protection d'Apollon, et personnifié sous la figure d'un homme entre deux âges, vêtu d'une robe ample à grandes manches, et qui portait une corbeille de fleurs sur la tête ; un paon à ses pieds étalait sa queue parée de belles et brillantes couleurs.

Arbres de mai
C'est une ancienne coutume encore observée dans une grande partie de la France à l'égard des maires, que celle de planter devant la maison des personnes d'une fonction ou d'un rang élevé, un arbre ou un gros rameau de verdure, appelé l'arbre de mai. Les clercs de la Basoche avaient le privilège de couper dans le bois de Vincennes un arbre qu'ils plantaient ensuite avec solennité dans la cour du Palais.

Mariages en mai
Une superstition qui se perpétue dans quelques provinces, fait considérer comme funestes les mariages contractés en mai. On dit noces de mai, noces mortelles. C'était dans ce mois que les Romains fêtaient les Lémuriennes, que Romulus avait instituées pour se délivrer de l'ombre plaintive de son frère assassiné. Ovide, dans ses Fastes, dit : « Que les vierges ou les veuves se gardent bien d'allumer dans le mois de mai les flambeaux de l'hyménée, ils se changeraient aussitôt en torches funèbres. »

Les Rogations sont les trois jours, lundi, mardi et mercredi, qui précèdent l'Ascension. C'est Saint-Mamert, évêque de Vienne en Dauphiné, qui, en 474, demanda aux fidèles d'organiser pendant ces trois jours des processions dans les campagnes, pour demander à Dieu de bénir les travaux des champs et d'écarter des hommes et des animaux les maladies contagieuses.

 

Pour guérir du mal de dents ! Le matin du 1er mai, mâcher un brin d'ail !

***

Offrir une émeraude durant le mois de mai fortifie la vue et améliore les capacités de la mémoire.

***

Recette pour devenir invisible ! Rien de plus simple: il faut simplement fabriquer un anneau de Gygès (roi de Lydie, -644 av. J.-C.) de la manière suivante: un mercredi de mai, façoner une bague de mercure et y fixer la pierre que l'on trouvera dans le nid de la huppe. Porter ce bijou au troisième doigt de la main gauche. Pour devenir invisible, il suffit de tourner la pierre vers l'intérieur de la main !

***

On adresse des prières à Saint-Félix pour obtenir la guérison d'un enfant malade.
On sollicite par des prières l'intervention de Saint-Pancrace quand on est victime de faux témoignages.

***

Petites recettes pour se faire aimer : Placer un brin de myosotis sous le livre des évangiles dans l'église et faire en sorte qu'il y reste le temps d'une messe.ou Faire séjourner durant neuf jours dans un nid d'hirondelle un anneau qu'on offrira ensuite à l'être aimé.

Mai (Prairial ) :

Ange du mois:
Erasme
Arbre du mois :
Laurier
Animal du mois:
Taureau
Oiseau du mois:
Coq
Métal du mois:
Argent
Pierre du mois:
Emeraude
Parfum du mois:
Thym
Fleur du mois:
Oeillet

En mai,
Fleurit le hêtre et chante le geai

****************************************

Si le dicton dit vrai,
Méchante femme s'épouse en mai

***************************************

S'il pleut à la Sainte-Pétronille,
Pendant quarante jours elle trempe ses guenilles


Il fait doux sur la case de mai. Temps favorable à la sortie de mille petites bestioles amicales : les coccinelles gambadent et papillons volètent à cœur joie. Discrète, notre grenouille Reinette se retire quelque peu  au second plan. Consciencieuse cependant, elle vous informe que le temps ne va cesser de s’améliorer sur les grilles du Mib. Beau temps annoncé en juin, juillet et fort probablement en août, itou !

.

 

Le muguet :


Le convallaria majalis de la famille des liliacées est une jolie plante odorante qui fleurit en mai. Ce vivace est composé d’un rhizome mince rampant ou griffe qui colonise sous forme de tapis les forêts fraîches. Le muguet se reproduit par graines (rouges et toxiques) et se propage par ses rhizomes. Plantez-les en automne, à la mi-ombre, la terre de bruyère lui convient parfaitement. On trouve souvent du muguet blanc, mais parfois aussi du muguet rose.
Toute absorption est dangereuse et provoque des troubles cardiaques et digestifs.

 

 

Nous allons casser là une vieille idée reçue : beaucoup d'entre vous pensent qu'en comptant les points sur le dos de la coccinelle, on peut savoir son âge ! C'est faux, archi faux ! En fait, des Coccinelles ayant des nombres de points différents, correspondent à différentes espèces. Ainsi, un mâle coccinelle à 7 points ne pourra se reproduire qu'avec une femelle coccinelle à 7 points. Et comment pourra-t-il la reconnaître ? En comptant les points ? Certainement pas ! Il va la reconnaître à son parfum, bien spécifique, qu'il détectera grâce à ses antennes.

La coccinelle : … à sept points …
La Coccinelle à 7 point, ou Bête à bon Dieu, ou Catherine, Coccinella 7-punctata, insecte de l'ordre des Coléoptères, famille des Coccinellides.
C'est la plus connue et la plus répandue des Coccinelles d'Europe. Abondante partout, dans les jardins, forêts, parcs et même dans les pots de fleurs ou les greniers ou elle hiverne
.
Notre amie la Coccinelle est très reconnaissable à sa forme ovale presque ronde, ses élytres rouges et ses 7 points caractéristiques. Comme la plupart des Coléoptères, la Bête à bon Dieu possède 4 ailes : deux en dessous qui lui servent à voler et deux autres au dessus, appelées élytres, qui forment une carapace protectrice. Les couleurs vives de la Coccinelle ne sont pas anodines, loin de là ! Elles signifient à ses éventuels prédateurs : "Stop ! Ne me touchez pas, je ne suis pas bonne à manger !"
La femelle dépose au printemps jusqu'à 400 œufs au dessous des feuilles hébergeant des colonies de pucerons. Une semaine plus tard, de petites larves colorées éclosent, les premières mangeant souvent les autres œufs ! Ces larves, d'abord noirâtres, deviennent ensuite jaunes ou gris-bleuâtres et portent habituellement des verrues.
Ensuite les larves, ainsi que les adultes, se nourrissent de pucerons et de cochenilles, dont elles dévorent des quantités étonnantes. En effet, la larve de Coccinelle consomme durant son cycle larvaire jusqu'à 3000 pucerons ! C'est pour cela que les Coccinelles sont souvent utilisées comme moyen de lutte biologique contre les pucerons qui abîment les cultures.
Hivernant à l'état adulte (imago), les Coccinelles se rencontrent souvent dans les maisons où la chaleur les attire. Lorsqu'elles sont inquiétées, elles peuvent    simuler la mort en cachant pattes et antennes dans des sillons de leur face antérieure. Elles rejettent également du sang (qui, chez les insectes, n'est pas rouge mais incolore) par les articulations de leurs pattes et parfois même un liquide jaune très malodorant (le fameux "pipi" de la coccinelle) pour faire fuir le prédateur.

 

Le ramoneur :

L'origine de la profession de ramoneur remonte à plus de 400 ans. A travers les siècles, le principal objectif du ramoneur a toujours été la protection contre les incendies. De nombreux documents datant de différentes époques relatent les tâches qui lui ont été confiées par les pouvoirs publics.
Aujourd'hui les tâches du ramoneur sont inscrites dans les ordonnances et les lois cantonales. De par la modernisation et l'évolution de la technique de chauffage, le ramoneur a vu son champ d'activité s'étendre considérablement dans le secteur de la protection de l'environnement et de l'économie d'énergie.
En comparaison, aucune profession n'a atteint un tel degré de popularité et n'est entrée aussi profondément dans les croyances populaires que celles du ramoneur. N'est-il pas aujourd'hui encore l'image de porte-bonheur? Ce bonheur qu'il dispense consiste à protéger nos foyers contre les dangers de l'incendie. Par ses passages réguliers, il examine et entretient avec une grande conscience professionnelle les cheminées et installations de chauffage.

 


Jeu de mai : "le mariage des coccinelles" :
*************************************************
Comme vous l'avez lu dans la rubrique "who is who" de ce Crucipapote, une coccinelle à 7 points ne pourra convoler qu'avec une coccinelle dotée du même nombre de points qu'elle-même.
Et bien pour le jeu de mai, il en ira de même : nous vous proposons de marier vos coccinelles, selon leur couleur … et oui, toutes ne seront pas rouges !!!

En conséquence :
* vous broderez votre coccinelle de la couleur qui vous plaît (en utilisant deux nuances de cette couleur / nuance claire et foncée … comme indiqué par les symboles.)
Seuls les coloris DMC  3799 et DMC 739 vous sont  "imposés".
* Pour personnaliser l'ensemble, vous donnerez un nom imaginaire à votre cocci. et le broderez à l’emplacement prévu. (Essayez d'inventer des prénoms non sexués.)

le DMC 3799 (symbole carré noir) pour les"cheveux,
points, yeux, pt-arr" est obligatoire, et passage obligé aussi pour le DMC 739 (symbole 5 petits points) pour la "chair".

Les 2  couleurs uniquement qui vous sont libres de choisir afin d'habiller Votre Coccinelle personnelle sont les deux autres symboles (croix : nuance claire /   triangle de côté : nuance foncée) représentés en haut à droite de la grille.
(une seule couleur libre est nécessaire,
mais on utilise deux nuances de celle-ci.)




* Envoyez ensuite le scan de votre cocci. à jbcourtadet@wanadoo.fr  qui la dirigera vers la salle des mariages.
Attention : une cocci. bleue ne pourra épouser qu'une autre cocci. bleue, une verte une verte et ainsi de suite.

Dans le n° suivant du  Crucipapote, vous découvrirez avec qui votre cocci. a convolé!
NB. : Les mariages auront lieu dans l'ordre de l'arrivée de coccinelles aux couleurs identiques.
Alors, ça vous dit ??  ....
Soyez les demoiselles d'honneur de vos gentilles bestioles colorées! A vos aiguilles.

Si vous n'avez pas de scan
et que vous souhaitez marier votre cocci., vous pouvez l'envoyer (avec une enveloppe timbrée à votre adresse pour le vol de retour chez vous ) à
Bé Courtadet
2, allée du pré des chênes
F- 79300 BRESSUIRE
qui la mettra en ligne pour vous et vous la renverra!

************************************************

Jeu d'avril: Dessine moi un n'9 ! Cliquez ICI et admirez les oeufs déssinés par nos lectrices .

 

Ingrédients :
1 kg de pâte feuilletée
300g de fraises des bois
Crème pâtissière :
1/2l de lait
100g de sucre
1 gousse de vanille
50g de maïzena
25g de beurre frais
150g de crème fouettée

Recette :
*******
Faites bouillir le lait avec 20g de sucre et la gousse de vanille fendue.
Fouettez les jaunes d'oeuf et le sucre restant.
Ajoutez la maïzena et versez un peu de lait pour délayer.
Réservez puis portez à ébullition en remuant sans cesse pendant 3 minutes.
Versez cette préparation dans un saladier, puis incorporez le beurre frais et remuez.
Battez ensuite la crème pâtissière puis la crème fouettée.
Etalez la pâte feuilletée, découpez 3 formes de 2 mm d'épaisseur.

Cuisez sur papier sulfurisé à four 180°C (th.6) pendant 35 minutes.
Posez une grille sur la pâte à la sortie du four pour éviter le gonflement.
Glacez cette pâte feuilletée en saupoudrant du sucre glace et passez quelques secondes au grill.
Montez le millefeuille en intercalant une feuille de pâte, de la crème pâtissière, et les fraises, continuez pour constituer 3 étages.
Disposez quelques fraises sur le dessus avec quelques feuilles de menthe.

Conseils :
Vin conseillé : champagne
(recette « auféminin.com »)

 

 

Bé vous propose:

Nougaro « Paris mai ». (1968)

Mai mai mai Paris mai
Mai mai mai Paris

Le casque des pavés ne bouge plus d'un cil
La Seine de nouveau ruisselle d'eau bénite
Le vent a dispersé les cendres de Bendit
Et chacun est rentré chez son automobile
J'ai retrouvé mon pas sur le glabre bitume
Mon pas d'oiseau-forçat, enchaîné à sa plume
Et piochant l'évasion d'un rossignol titan
Capable d'assurer le Sacre du Printemps
Ces temps-ci je l'avoue j'ai la gorge un peu âcre

Le Sacre du Printemps sonne comme un massacre
Mais chaque jour qui vient embellira mon cri
Il se peut que je couve un Igor Stravinsky

Mai mai mai Paris mai
Mai mai mai Paris

Et je te prends Paris dans mes bras pleins de zèle
Sur ma poitrine je presse tes pierreries
Je dépose l'aurore sur tes Tuileries
Comme roses sur le lit d'une demoiselle
Je survole à midi tes six millions de types
Ta vie à ras le bol me file au ras des tripes
J'avale tes quartiers aux couleurs de pigeon,
Intelligence blanche et grise religion
Je repère en passant Hugo dans la Sorbonne
Et l'odeur d'eau-de-vie de la vieille bombonne
Aux lisières du soir, mi-manne, mi-mendiant
Je plonge vers un pont où penche un étudiant

Mai mai mai Paris mai
Mai mai mai Paris

Le jeune homme harassé déchirait ses cheveux
Le jeune homme hérissé arrachait sa chemise :
"Camarade, ma peau est-elle encore de mise
Et dedans mon cœur seul ne fait-il pas vieux jeu ?
Avec ma belle amie quand nous dansons ensemble
Est-ce nous qui dansons ou la terre qui tremble ?
Je ne veux plus cracher dans la gueule à papa
Je voudrais savoir si l'homme a raison ou pas
Si je dois endosser cette guérite étroite
Avec sa manche gauche, avec sa manche droite,
Ses pâles oraisons, ses hymnes cramoisis,
Sa passion du futur, sa chronique amnésie"

Mai mai mai Paris mai
Mai mai mai Paris

C'est ainsi que parlait sans un mot ce jeune homme
Entre le fleuve ancien et le fleuve nouveau
Où les hommes noyés nagent dans leurs autos.
C'est ainsi, sans un mot, que parlait ce jeune homme
Et moi l'oiseau-forçat, casseur d'amère croûte
Vers mon ciel du dedans j'ai replongé ma route,
Le long tunnel grondant sur le dos de ses murs
Aspiré tout au bout par un goulot d'azur
Là-bas brillent la paix, la rencontre des pôles
Et l'épée du printemps qui sacre notre épaule

Gazouillez les pinsons à soulever le jour
Et nous autres grinçons, pont-levis de l'amour

Mai mai mai Paris mai
Mai mai mai Paris

Isabelle propose:

Cliquez ICI pour lire sa Biographie officielle (.pdf)

Corneille : Parce qu'on vient de loin
Nous sommes nos propres pères
Si jeunes et pourtant si vieux, ça me fait penser, tu sais
Nous sommes nos propres mères
Si jeunes et si sérieux, mais ça va changer
On passe le temps à faire des plans pour le lendemain
Pendant que le beau temps passe et nous laisse vide et incertain
On perd trop de temps à suer et s'écorcher les mains
A quoi ça sert si on n'est pas sûr de voir demain
A rien

{Refrain:}
Alors on vit chaque jour comme le dernier
Et vous feriez pareil si seulement vous saviez
Combien de fois la fin du monde nous a frôlés
Alors on vit chaque jour comme le dernier
Parce qu'on vient de loin

Quand les temps sont durs
On se dit : "Pire que notre histoire n'existe pas"
Et quand l'hiver perdure
On se dit simplement que la chaleur nous reviendra
Et c'est facile comme ça
Jour après jour
On voit combien tout est éphèmere
Alors même en amour
J'aimerai chaque reine
Comme si c'était la dernière
L'air est trop lourd
Quand on ne vit que sur des prières
Moi je savoure chaque instant
Bien avant que s'éteigne la lumière

{au Refrain}

Jour après jour
On voit combien tout est éphémère
Alors vivons pendant qu'on peut encore le faire
Mes chers

 

 

 

 

 

 

Aucune case du Mib n’a été plus favorable à la brodeuse que celle dévoilée aujourd’hui.
Toutes nos amies brodeuses feront leurs petites croix sous le signe du bonheur le plus complet. Tous les indices sont visiblement réunis : muguet, coccinelles, ramoneur.
Notre astrologue – qui n’a pas encore osé rompre son anonymat, nous l’appellerons donc Madame MIrBa  - prévient amicalement que les brodeuses qui décideraient de réaliser leur ouvrage au jardin, près du parterre de muguet, risquent de se voir happer soudainement par un brin fleuri ou deux.
L’explication en est simple : la Fée Clochette, bien connue du grand public,  ressent les premiers méfaits de l’âge. Souhaitant prendre une retraite bien méritée, elle cherche une personne digne de lui succéder : son choix se ferait (d’après notre source d’informations) dans le cercle des brodeuses, femmes éminemment actives,   compétentes et douées de fantaisie.

La métamorphose commencera à s’opérer dès que vous entendrez tintinnabuler les clochettes des muguets. Si vous souhaitez aller plus loin, postuler au titre convoité de Fée Clochette,  libre à vous, sinon, éloignez-vous au plus vite de votre parterre.
Si plusieurs candidates sont sélectionnées, nous ignorons encore comme se fera le choix ultime.
Madame MIrBa prévient cependant : Fée Clochette est très exigeante! En conséquence, soyez très attentives aux bruits furtifs et mélodieux d’un jardin plein de mystères …

Ce mois ci n’oubliez pas de fêter l’anniversaire de :

 

M.ChristineB : le 1

Sophie C : le 2

Fred la cox : le 3
Dominique G : le 3

Claudine L : le 4
Sylviane : le 4

Nanine : le 5
Marie Mallette : le 5

Béatrice R : le 6
Stéphanie J : le 6

Nathalie H (Espagne) : le 9

Attila : le 11
Guilou ( Maroc) : le 11
Maryse C : le 11

Miss Tigri : le 12

Jacotte le 13
Marie de la Chaume : le 13

Elisabeth T : le 14

Réjeanne P : le 17

Momo63 : le 18

LaurenceP/ Lolie : le 19

La grenouille : le 22

Patou : le 23
Thérèse F : le 23

Gogopili : le 24

Kathy Z : le 25

Nicole P : le 31

* Joyeux Anniversaire à toutes et surveillez votre bal ……… un petit cadeau va bientôt vous être livré !:0))

« La coccinelle »

Elle me dit :
Quelque chose
Me tourmente. Et j'aperçus
Son cou de neige, et, dessus,
Un petit insecte rose
J'aurais dû - mais, sage ou fou,
A seize ans on est farouche,
Voir le baiser sur sa bouche
 Plus que l'insecte à son cou.
On eu dit un coquillage ;
Dos rose et taché de noir.
Les fauvettes pour nous voir
Se penchaient dans le feuillage.
Sa bouche franche était là :
Je me courbai sur la belle,
Et je pris la Coccinelle ;
Mais le baiser s'envola.

- Fils, apprends comme on me nomme,
Dit l'insecte du ciel bleu,
Les bêtes sont au bon Dieu,
Mais la bêtise est à l'homme.

Victor HUGO (1802- 1885) « Les Contemplations »

 

Pour lire le courrier des lecteurs cliquez ICI

Vous nous écrivez au sujet du MIB, et votre texte sera inclus dans n° suivant. :
Envie de partager vos impressions / messages personnels. etc.
écrire à passionbroderie@wanadoo.fr en précisant MIB / courrier des lecteurs en objet

Crucipapote n°8 à paraître le 10 Juin 2004.