Partie 9:

Voici déjà venu le temps de la neuvième partie qui est celle de notre enfance et des personnes qui ont marqué et guidé nos pas dans la vie.

C’est en fait aussi la partie la plus personnelle que j’aie eu à dessiner.

Elle est également la partie du mois de notre naissance, que vous broderez selon le vôtre à l’aide des chiffres situés en bas à droite et à gauche de votre toile (partie 3 et 4).

Mon mois de naissance, avril, est représenté par deux roses blanches en bas, de chaque côté des chiffres, mais aussi par les petites fleurs et les cerises. Le printemps est une saison que j’aime particulièrement. C’est l’époque tempérée de l’année où surviennent pluies, premier soleil, parfois giboulées. Les températures sont douces et agréables, la nature verdoie et se couvre de couleurs diverses. C’est une période de renaissance.

En bas à gauche, se trouve la personne qui m’a donné la vie : ma Maman. Au-dessus de sa tête est brodée une pièce de 1franc car elle était employée de Banque avant d’être, depuis quelques mois, à la retraite. Ma mère est forcément un pilier majeur de mon enfance. Si je devais la décrire à cette époque, je dirais que je la trouvais « vieux jeu » et  trop terre à terre (uniquement d’un point de vue éducation, je précise). Je n’étais pas une enfant difficile, et j’ai parfois souffert de son manque de confiance, surtout vers l’adolescence.

J’ai toujours pensé que j’avais une mère différente des autres. Rousse à peau très blanche, de belle allure car toujours coquette, son prénom Cosette lui donnant un charme particulier et peu commun, c’est une femme très féminine, discrète, droite, et dont tous les soucis se fondent dans le « comme si de rien était » . Un peu comme des œillères pour ne pas souffrir ou avoir à parler de ses émotions.

J’ai beaucoup de respect pour ma mère, et nous sommes devenues des confidentes très complices avec les années.

Juste à côté se trouve mon père avec les lettres abc au-dessus de sa tête, qui représentent son métier d’imprimeur. A cette époque il est dépeint en bon vivant, joyeux mais assez égoïste. Dans la première partie de mon enfance, il tenait une grande place dans ma vie, j’aimais son côté bohème et sa faculté à s’intégrer en société. De par sa propre enfance assez difficile, ce n’est pas quelqu’un qui maîtrisait les bonnes manières, il doit son intégration en fait à sa bonne humeur et à son humour. La bouteille et le verre juste au-dessus  illustrent justement cet excès dans lequel il est tombé, certainement sans vraiment sans rendre compte à l’époque, mais qui a cassé notre relation.

Je ne m’étendrai pas sur ce sujet, je voudrais juste indiquer qu’au-dessus de la bouteille se trouve une porte qui est celle que l’on emprunte pour sortir de ces dépendances, porte que mon père a su ouvrir depuis peu, au plus grand bonheur de tous.

La cigarette est malheureusement ma dépendance, que j’ai eue pour compagne durant des années et m’en suis séparée depuis 1 an et demi.

La vie est longue, et sincèrement je pense qu’il ne faut pas juger quiconque, tant elle peut être douloureuse et amener à plonger dans des excès dont on ne mesure pas, au départ, les conséquences.

Juste à côté de l’abc, se trouve un bébé, mon petit frère.

Ce dernier est arrivé assez loin derrière moi, 9 ans et demi de différence d’âge c’est beaucoup entre un   frère et une sœur, mais je n’ai eu aucun mal à l’adopter.

J’ai un peu souffert par contre de subir le « c’est un garçon (fierté à perpétuer le nom de famille) » Ca m’a agacée parfois, mais sans plus, car j’ai toujours adoré mon frère et ce, encore aujourd’hui, même s’il n’est plus petit et me regarde de sa hauteur d’1m80 !:0))

Le chiffre 93 est celui du département où je suis née, à Montreuil-sous-Bois plus précisément.

Juste en dessous se trouve une souris avec une dent. J’ai voulu faire un clin d’œil à ces histoires cultes de notre enfance en y indiquant celle que j’ai adorée entre toutes : celle de la petite souris qui vient ramasser les dents tombées sous notre oreiller lors de notre sommeil pour y glisser une petite pièce en échange. J’ai eu énormément de tendresse à perpétuer cette tradition avec mes enfants.

Le personnage juste au-dessus de la souris représente mon parrain. Il a beaucoup marqué mon enfance, tant il a été gentil et vrai dans les sentiments qu’il m’a donnés, et qui n’ont jamais changé. Ma marraine n’est pas représentée sur le marquoir car elle est apparue tard dans mon adolescence, à cause d’histoires familiales comme il en existe partout, et je n’ai appris à la connaître que bien des années après, ce qui a été également un très précieux moment de rencontre.

En bas à gauche de cette partie de marquoir, se trouve mon grand-père maternel représenté avec une clef au dessus de sa tête car il tenait un hôtel dans Paris.

Ma grand-mère située juste à côté est dotée d’une croix médicale car elle travaillait à l’hôpital  de la Pitié.

Les deux anneaux juste au-dessus sont leurs alliances, désunies car j’ai toujours connu mes grands-parents maternels vivant séparément. Ils ont pourtant une place très importante dans mon enfance. Avec du recul, je souris même d’avoir été comme bercée aux rythmes de leurs disputes. C’est surtout maman qui était la plus ennuyée de ces situations parfois pénibles et qui faisaient un peu boule de neige à la maison.

Avoir des grands-parents séparés n’a rien d’extraordinaire aujourd’hui, mais à l’époque c’était un peu mal vu, enfin pour leur génération. D’autant plus que mon grand-père, vivait avec « son ami » depuis la séparation d’avec ma grand mère. Même si c’est bien plus tard, quand je fus en âge de comprendre, que l’on m’a expliqué que c’était le cas depuis longtemps.

Ce qui fut également peu commun, et qui m’a assez amusée, c’est d’être allée au remariage de ma grand-mère.

N’ayant jamais connu mes grands-parents paternels, je me suis retrouvée avec 2 grands-pères quand même, mais maternels ! (le nouveau mari de ma grand mère était tellement sympa que je l’ai adopté de suite et l’ai appelé et l’appelle toujours Papy ).

Mon grand-père est quelqu’un qui m’a ouvert les portes du rêve, c’est un bohème et un artiste dans l’âme.

Ma grand-mère est quant à elle une femme de caractère. Nous avons été assez souvent en conflit de génération et c’est avec  l’âge que j’ai appris à mieux la connaître, à en savoir plus sur son cœur, ses souffrances, sa vie… C’est quelqu’un que j’adore même si parfois elle a un côté excessif génération qui ressort :0))

Enfin, tout en haut, se trouvent une horloge et un moulin.

L’horloge est celle du temps qui nous a été confié à notre naissance.

Il est inestimable et imprévisible, c’est un bien précieux dont il faut savourer chaque seconde. Les aiguilles indiquent l’heure à laquelle je suis née.

Le moulin représente l’ami de l’horloge. Il fonctionne comme elle mais, placé à côté, il symbolise la maison des souvenirs, où l’on stocke durant toute notre vie les passages les plus marquants que nous ayons ressentis et vécus, joyeux, tristes ou émouvants. Il les brasse dans tous les sens.

Les ingrédients de notre caractère viennent en partie de ce moulin. Nous avons tous un potentiel à notre naissance, qui évolue selon l’environnement et l’amour reçus à notre enfance, mais aussi se forge et mûrit en fonction de notre vie et des choix ou décisions qui nous sont donnés de prendre.

Arrivée à ce point du Marquoir, je me rends compte que j’aurais encore bien des choses à dessiner sachant que désormais je suis capable d’exprimer et de donner vie à une histoire, à travers un fil, et de passer de la toile à l’écrit.

Les grandes lignées sont brodées, du moins celles que j’avais besoin d’exprimer, en m’asseyant à côté de ma toile de vie pour en narrer chaque parcelle.

Je suis heureuse à ce jour d’avoir pris le temps d’observer le déroulement de ma vie et de donner sens à ces croix que vous avez partagées, et adaptées également selon votre propre histoire.

Merci pour ce long fil d’amitié …

 

Isabelle Vautier

 

NB : Mes pensées les plus tendres de cette toile vont aux étoiles de mon cœeur qui brillent à jamais dans celles de la partie 5 :

Lulu et Dédé, Mémé de la Roche, Claude, Olivier, Laurence, Dolly et Gavroche et mon Pompon.

 

 

 

Textes et illustrations ©Isabelle Vautier
( merci à Mupier et à Karinette " mes Coach " pour la correction des "fôtes" et pour leur amitié dans cette aventure :0))

 

 

 Hit-Parade