Partie 5 :

Bienvenue dans la partie des éléments(motifs) qui nous entourent et nous parlent …

C’est une partie du Marquoir dans laquelle j’ai eu beaucoup de mal à faire ressortir mes sentiments et émotions. Pourquoi ? Peut-être parce qu’étant très romantique, j’ai toujours donné une place importante à la musique et à ce qu’elle peut nous livrer, conter et laisser imaginer.

Cette partie est un peu le « quoi et pourquoi » des choses qui nous entourent, et que nous véhiculons inconsciemment. C’est une partie clef de notre de caractère, l’empreinte qui nous dissocie les uns des autres tout en nous y reliant à la fois

Dans cette 5ème partie   j’ai volontairement offert une belle place à la musique.

Ayant eu la chance d’être bercée par elle et d’avoir appris à jouer d’instruments lorsque que j’étais plus jeune, ce qu’elle m’apporte et me fait ressentir est assez extraordinaire.

Je le dois au fait d’avoir pu comprendre et m’imprégner des mélodies correspondant vraiment à ce que je suis.

La portée musicale en bas à gauche, représente la Musique en général, tous genres confondus. C’est un symbole universel.

Le clavier juste à côté représente le piano, instrument que j’ai appris durant 5 ans. Une flûte est dessinée juste au-dessus, elle symbolise mes cours de solfège au conservatoire.

J’aimerais m’attarder un petit moment sur ces symboles, clavier et flûte.

 Je ne sais pas si c’est dû au fait que cette période fait partie de mon adolescence, mais en jouant de la musique, entre le contact des touches, légères ou plus sûres et mes doigts qui parcouraient le clavier, je ressentais une osmose pénétrante, qu’il m’arrivait même de pleurer d’émotions parfois d’avoir compris ce que la musique me « disait » .

Avant de parvenir à cet état émotif, (je fais une parenthèse pour celles qui n’ont jamais joué d’instruments), le déchiffrage et la lecture des notes (solfège) me paraissaient comme des codes incompréhensibles.

Ce fut assez long avant que j’arrive à lire et à jouer une partition en même temps. ( Pardon à mes voisins de l’époque … qui ont dû subir les gammes, les canards et répétitions de morceaux choisis … : 0))

Je me suis rendu compte qu’adolescente, mon choix d’apprendre le piano était en fait une volonté d’essayer de faire passer les émotions et sentiments que j’avais du mal à exprimer.

Comme apprendre la musique est difficile, j’ai versé bien des larmes sur mon clavier, face à ma sévère  prof de piano qui ne comprenait pas que j’étais là pour mon loisir et non pas pour en faire mon métier ! Ceci étant, j’ai persévéré, avec une seule chose en tête : pouvoir donner un sens et une émotion à ce que je jouais.

Ce sens musical je l’ai trouvé, après bien des cours, car il m’a fallu en premier lieu apprendre à bien maîtriser le jeu de mes doigts, je me suis confrontée à des problèmes de coordination, j’ai pris conscience à cette occasion que j’avais des soucis de repérage dans l’espace.

C’est pourquoi la clef de Sol représente la persévérance d’apprendre. Elle est le fruit du labeur et de l’investissement de soi. Elle est là pour dire « Quand on veut, on peut ! ».

On peut l’associer au courage, comme clef de réussite dans un défi personnel, sans avoir besoin de s’en vanter.

Elle est aussi associée à notre main droite car elle est le plus souvent jouée de cette main en musique.

La clef de Fa en bas à droite à côté de la petite pyramide, représente quant à elle les difficultés qui restent à surmonter. La vie n’est pas toujours en clef de Sol… mais il ne faut pas voir en la clef de Fa quelque chose de mauvais. Elle précède la clef de Sol et fait partie de l’avenir de ce que l’on a à vivre. Elle est aussi associée à notre main gauche car le plus souvent jouée de cette main en musique.

Le bémol est un symbole à double signification. Il est en musique un symbole fort des sons romantiques. Si je devais me comparer à deux sons en bémol musical, je serai certainement un si b et un mi b.

Il signifie aussi ce que l’on appelle le bémol dans la vie, comme dans l’expression « il y a un bémol » …c'est quelque chose qui ne passe pas bien... ou que l’on n’attendait pas et qui nous tombe dessus ! J’ai mis le bémol dans cette partie musicale, d’une part car il marque avant tout pour moi le romantisme si b et mi b que je suis, mais aussi parce que le « bémol de la vie » a pris tout son sens à cette période.

Pour les musiciennes du Marquoir story, il vous faudra broder en fil métallique or la clé de sol et la clef de fa, si la musique ou ce qui la touche de près est votre métier.

Pour les non-musiciennes du Marquoir Story, cette partie est votre salle de bal (ou de boum pour les plus jeunes :0)) , merci de ne pas monter le son trop fort pour ne pas gêner les parties voisines !:0))

Pour celles qui veulent aménager cette partie différemment, j’aimerais que vous y conserviez la clef de sol et celle de fa, qui sont des éléments de courage et de force intérieure.

La maison représentée dans cette partie est celle de l’enfance dans laquelle on a vécu. Le toit est volontairement séparé du socle. Cela représente le passage de l’enfance vers l’adolescence, période où l’on mûrit ses sentiments, et aussi où le cordon ombilical de l’enfance se coupe définitivement.

Les arbres et branches de cerises représentent la nature qui m’entoure, tout simplement.

Les étoiles, si je m’en réfère au livre d’Anne Pelletier Pauleau* ,symbolisent la Perfection quand elles ont 5 branches. C’est assez étrange car à chaque fois que je regarde le ciel, et précisément les étoiles ou la lune, cela représente en outre pour moi un état de solitude intérieure, un besoin de me réfugier dans un espace assez imaginaire.

J’ai longtemps cru que les étoiles étaient des âmes qui nous avaient quittées, celles qui brillaient le plus étaient celles qui étaient susceptibles d’être les plus proches de nous. Une façon assez jolie de croire que l’on existe pour toujours et veillons sur ceux que nous aimons après que nous ne soyons plus.

J’y crois toujours d’ailleurs, et il ne m’est pas rare de continuer à les admirer et d’en avoir aussi les yeux qui brillent.

La plume est le symbole corporatif des écrivains. Sans aucune prétention, je l’ai incorporée à cette partie en hommage à ma période « poèmes » qui m’a énormément aidée à exprimer les plus profondes émotions que j’avais au fond de moi. L’encre qui coule veut dire que l’on a déjà écrit…(un poème triste à mourir et qui est paru dans le journal de ma ville… :0)) j’avais 14 ans …

Bon allez, on se passe un petit morceau de musique … et brodons toutes en cœur cette nouvelle partie 5 !…

****************************************

* Livre d’Anne Pelletier Pauleau : " Symbolique & point compté " ou de l’art de créer son marquoir / Edition La bibliothèque des Métiers.

****************************************

 : Je vous présente Mupattes ! C’est une gentille petite touffe d’amitié que je retrouve collée à mes textes quand ces derniers sont en correction chez elle !:0)) J’ai pris la liberté de ne pas dévoiler où elle se trouve dans mon texte mais généralement c’est toujours à un endroit où elle se bidonne en cachette derrière ces longs cheveux noirs. Ouarf ! p’tite Mupatte sans défense va !:0))…

l'Histoire partie 6

 

Textes et illustrations ©Isabelle Vautier
( merci à Mupier et à Karinette " mes Coach " pour la correction des "fôtes" et pour leur amitié dans cette aventure :0))

 

 

 Hit-Parade